Fermer la fiche
Julie WOLKENSTEIN – L'excuse - Ecrire la suite de...

Le destin de personnes réelles peut-il être corrélé à celui de personnages fictifs leur préexistant ? Julie Wolkenstein le suggère malicieusement dans L’excuse, un livre intimiste où, avec brio, elle met d’abord en regard rétrospectif la vie d’une femme, Lise, et celle d’Isabel Archer, héroïne de Portrait de femme, un roman de Henry James.
C’est à son personnage, Nick Chancellor, que la romancière confie le soin d’étayer la thèse de cette corrélation, qui l’obsède, lui : avant de mourir prématurément, il aura exposé par écrit toutes les similitudes entre la vie de sa cousine, Lise, et celle de l’Isabel jamesienne.
Mais il va plus loin : dans un texte intitulé L’excuse et destiné à Lise, il imagine l’après roman de James (son « au-delà » à lui), il tisse d’hypothétiques prolongements qui, eux aussi, s’avéreront corrélés à la vie de Lise.
Belle audace de cette double mise en abyme, donc, où le destin de Lise (personnage du roman de Wolkenstein) trouve son reflet anamorphotique dans le roman de James, prolongé par le récit spéculatif (L’excuse) d’un Nick Chancellor (personnage du roman de Wolkenstein).
 
Fermer la fiche
www.scriptosum.fr