Fermer la fiche
Michel HOUELLEBECQ - La possibilité d’une île. Ni fleurs, ni lauriers

Quelque coup qu’on ait pu porter à ce livre, on ne lâche pas facilement cette
« Possibilité ». Ce que Houellebecq a à dire est brut, discutable mais consistant : l’humanité est virtuellement morte, et son histoire jusqu’à présent n’est que celle d’une mèche reliée à un pétard mouillé.
Individuellement, le sexe peut être l’alcôve d’un bonheur relationnel encore possible, mais si fragile !..
Spécifiquement (au niveau de l’espèce, donc), il n’est qu’enjeu de friction et de concurrence darwiniennes.
Ce sont les deux faces du doublon, l’une brillant peut-être dans l’intimité, l’autre terne sûrement dans la multitude.
Dès lors, peut-on transformer une terne contrainte d’espèce en un havre de bonheur entre individus doués de conscience ? La sexualité peut-elle réellement être rendue heureuse par l’affectivité qu’elle draine quand elle est au mieux de sa forme ? Que faire lorsque, vieillissant, le corps perd ses appas ?
Tous les petits accommodements qui permettent de passer le gué de la vie, Houellebecq les torpille tout simplement.
Et si Houellebecq écrit sans « style », c’est sans doute qu’il va droit au bout d’une esthétique du désespoir. Certaines vulgarités ont alors la vertu d’un bouclier, d’une agression dont on sait la fin défensive.
Ceci dit, Houellebecq verse trop dans le trivial, dans le simplisme cynique. Son texte est bizarrement exempt (voire exsangue) de subtilité, et il peine à créer des personnages.
Et trop de thèse !
L’épilogue est un petit couac ! Alors que tout se tenait jusque là, et qu’il aurait pu conclure avec finesse en une demi-page, il lui a fallu tartiner sur une trentaine de pages un épilogue assez mauvais, ennuyeux, et qui éclairerait presque à rebours tout ce qui était bon dans le corps du livre. Alors ? Rigoureuse conformité à la platitude de cette vie future qu’il décrit ?
Le fait est que Houellebecq bloque toutes les issues : la vie future qu’il dépeint, rendue « éternelle » par clonage, est d’une telle insipidité qu’on sent bien tout le dérisoire du projet.
Définitivement, pour Houellebecq, c’est au néant que reviennent toutes les douceurs possibles.
 
Fermer la fiche
www.scriptosum.fr